Cette catégorie regroupera les articles reliés à la catégorie Cinéma

Le cinéma de Serge Gainsbourg

Au mois de septembre 1967, Serge attaque le tournage d’un nouveau film, « Ce sacré grand-père », près d’Aix-en-Provence.

Son vieux pote Poitrenaud met en scène et Michel Simon hérite du rôle principal, dans celui du jeune premier aux yeux bleus craquants, on découvre Yves Lefebvre.

Lire la suite

photo-Slogan-1968-2

Sur le tournage du film Slogan, en 1968, il rencontre Jane Birkin

En février 1968, Serge avait rencontré Pierre Grimblat qui lui avait fait lire le scénario de Slogan, qu’il a écrit avec Melvin Van Peebles, un Noir américain, parisien d’adoption.

Immédiatement séduit, il accepte d’en être la tête d’affiche. Spécialiste du spot publicitaire, Grimblat désire revenir à ses premières amours, le cinéma (il avait réalisé « Me faire ça à moi » en 1960, « L’Empire de la nuit » en 1962 et « Cent briques et des tuiles » en 1964).

Lire la suite

serge-gainsbourg-et-jane-birkin-au-marche-de-berwick-street-londres

Le film « Cannabis »

En août 1969, Serge passe quelques jours en Angleterre où Jane tourne Delitto A Oxford, un petit film italien (jamais sorti en France) signé Ugo Liberatore.

A l’hôtel Oxford Bear, sans radio ni télévision, «délivré de toute information parasitaire» comme il le dira plus tard, il jette les bases de « l’Histoire de Melody Nelson » la jeune fille renversée par la Rolls du compositeur alors qu’elle se promène à bicyclette , le premier de ses «albums concepts» dont le douloureux accouchement va se prolonger durant plus de dix-huit mois.

Lire la suite

Premier film de Serge Gainsbourg intitulé Je t'aime moi non plus

Le premier film de Serge : « Je t’aime moi non plus »

Tout près d’Uzès, Serge Gainsbourg réalise pour la première fois un film. Il a recréé un univers sordide couleur de rouille et presque intemporel. C’est dans ce décor monochrome qu’un drame intimiste va se jouer entre trois êtres, un couple d’homosexuels et une femme. Le titre du film est celui d’une chanson à succès de Gainsbourg, « Je t’aime moi non plus ».

Lire la suite

stan the flasher serge gainsbourg film

Le dernier film de Serge : Stan the Flasher

C’est au Raphael que Serge s’attaque au scénario de Stan The Flasher, le film qui l’obsède depuis quelques mois et qu’il écrit avec en tête l’interprète dont l’image s’est gravée dans son mental, Claude Berri.

Stan, c’était le prénom du personnage joué par Serge dans « Charlotte For Ever ». Stan The Flasher, c’était aussi le surnom de Stan Harrison, son saxophoniste, quand il le présentait sur scène. Résumé, à nouveau squelettique, du concept :

Lire la suite