Serge Gainsbourg

Critiques du troisième album: « L’étonnant Serge Gainsbourg »

Les critiques du nouvel album ne sont pas franchement meilleures que celles du second, dix-huit mois plus tôt. Dans Le Canard enchaîné du 20 avril 1961 :

« En particulier, on pourrait reprocher à Gainsbourg de s’adonner un peu trop facilement à la modernisation des classiques : Nerval, Hugo et le surestimé Arvers. C’est beaucoup pour un seul disque, même si ces adaptations sont assez adroites dans l’ensemble. Mais très sincèrement, nous préférons le vrai Serge Gainsbourg, celui des « Amours perdues », de « La chanson de Prévert », « Viva Villa » ou des « Oubliettes ». »

Lire la suite